L'ancienne église Saint-Pierre-des-Cuisines

L'ancienne église Saint-Pierre-des-Cuisines

Quelles cuisines ?

Quelles sont donc ces « cuisines » accolées au nom de Saint-Pierre ? Nous savons qu’à une date très reculée, un modeste prieuré dédié à Saint-Pierre avait été édifié près d’un petit port de pêcheurs situé hors de la Cité Gallo-romaine. En 1607, le Comte de Toulouse, Guilhem IV, offrit le prieuré à l’abbaye bénédictine de Moissac, et l’acte officiel mentionne l’expression de « coquinis », francisé plus tard en « cuisines ». Ces coquins étaient en réalité de modestes artisans vivant de métiers polluants, comme la tannerie.

L’église Saint-Pierre, du quartier « des Cuisines », apparaît dans les textes à partir du XIe siècle. Cependant, les fouilles archéologiques ont montré qu’elle existait dès la fin de l’Antiquité. Au Ve siècle, c’est une basilique funéraire à l’extérieur de la ville antique. À partir du milieu du XIe siècle, elle devient église paroissiale d’un quartier en plein essor, englobé avec celui de Saint-Sernin dans le « Bourg » entouré d’une enceinte.
Devenue prieuré de l’abbaye clunisienne de Moissac, l’église prend place dans l’histoire de Toulouse en accueillant de grandes manifestations publiques : ainsi, en 1189, le comte Raymond V y reconnaît les privilèges de la Commune de Toulouse, geste que renouvellent Raymond VI en 1195, et Raymond VII en 1222. De même, en 1286, les Coutumes de la ville sont ici officiellement promulguées…
A la fin du XVIe siècle, Saint-Pierre des Cuisines passe sous la dépendance des Chartreux nouvellement installés à proximité. Saisie comme bien national en 1789, elle est bientôt rattachée au « grand parc de l’Armée des Pyrénées » et transformée en fonderie de canons puis en entrepôt.

Zoom sur…l’auditorium

Avec 960 m² de surface et plus de 400 places, l’auditorium, dédié à la mémoire du chef d’orchestre Louis Auriacombe, a pour vocation d’accueillir des concerts classiques et des spectacles de danse. L’ouvrage, réalisé avec les conseils de l’Orchestre National du Capitole et du Conservatoire de Musique, a été conçu dans le plus grand souci de qualité acoustique.

En 1965, elle devient propriété de l’Université des sciences sociales, puis de la Ville de Toulouse en 1982. Elle est classée Monument Historique en 1977.

Les mystères de la crypte archéologique

Après la fouille de la majeure partie du sous-sol de l’ancienne église Saint-Pierre-des-Cuisines, la mairie de Toulouse a décidé de conserver les précieux vestiges découverts. Une crypte archéologique permet désormais de découvrir les soubassements de la basilique funéraire du Ve siècle. Elle permet également de comprendre les remaniements dont cette église a fait l’objet au VIIe puis au début du XIe siècle, avec des tombes du haut Moyen Âge. Ces restes de construction servent d’introduction à la visite de l’église médiévale elle-même. Sans cesse remaniée et agrandie aux époques romane, gothique, moderne, elle témoigne du dynamisme de l’art de l’architecture à travers les siècles, depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Les visites ont lieu de septembre à juin tous les lundis de 10 heures à 13 heures (visite commentée à 11 heures), et de fin juillet à fin août, tous les jours de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures (visite commentée à 16h30).
Tarif normal : 2 euros ; tarif réduit : 1 euro. Visite commentée : 2,50 euros.

Le week-end gratuit avec MUSÉELIBRE

L'accès aux collections permanentes des musées municipaux ainsi que trois monuments du patrimoine est gratuit le week-end pour les Toulousains sur présentation de la carte MUSÉELIBRE, valable jusqu’au 31 janvier 2015.
Pour l'obtenir gratuitement, rendez-vous à l’accueil de l’Hôtel de ville, au Capitole, sur présentation d’un justificatif de domicile et d’une photo d'identité
 En savoir +