Les ponts

« Que d'eau ! Que d'eau ! », s'est écrié le Maréchal Mac Mahon, séjournant à Toulouse en 1875, au moment de l'effroyable crue qui a ravagé une grande partie de la ville. Depuis la création de Toulouse, la Garonne a joué un rôle fondamental dans le développement de la Cité. Au fil des siècles, les Hommes ont tenté d'apprivoiser le fleuve, avec plus ou moins de succès... Aujourd'hui, les ponts qui traversent la Garonne racontent une histoire : celle d'un amour sans fin entre une ville et son fleuve.

Le Pont Saint-Michel

L'histoire de la réalisation du Pont Saint-Michel, reliant les allées Paul Feuga à la place du Fer à Cheval, est tumultueuse. Un premier ouvrage a été construit en 1836. Constitué de deux ponts suspendus reliés entre eux, il a été emporté par la crue de 1875. Le deuxième pont, construit dix ans plus tard, est un édifice à arches et tablier métallique. Il a été remplacé en 1954 par un ouvrage plus important, façonné en béton. C'est aujourd'hui le pont le plus fréquenté de la Ville rose.

Le Pont Neuf

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, le Pont Neuf est le plus vieux pont de Toulouse… Son édification a débuté en 1544, pour terminer en 1632. Sa solidité - il est composé de briques et de pierres - lui a permis de résister aux divers assauts du fleuve, qui ont eu raison de ses prédécesseurs.

Le Pont Saint-Pierre

Ce pont qui relie la place Saint-Pierre au quartier Saint-Cyprien a été entièrement reconstruit en 1987. Le premier pont Saint-Pierre - en bois - avait été édifié en 1852. Il reposait sur deux piles de pierre et de brique, et était renforcé par des câbles métalliques. Aujourd'hui, l'armature de cet édifice de 240 mètres de long est entièrement métallique.

Les Pont Jumeaux

C'est à la fin des années 1770 que les Ponts Jumeaux sont venus marquer le point de rencontre entre les eaux venues de la mer Méditerranée, par le Canal du Midi, et celles de la Garonne, par le Canal de Brienne. Mais en réalité, les jumeaux sont plutôt des triplés, puisqu'un troisième pont vient assurer la jonction avec l'Océan Atlantique, via le Canal Latéral.

Le Pont des Catalans

A l'origine de ce pont, il y a un homme : l'ingénieur Paul Séjourné, grand constructeur de viaducs, qui a proposé un système nouveau, le pont à anneaux. Il s'agit en fait de coupler deux ponts, larges de 3,25 mètres et espacés de près de 10 mètres. Le tablier en béton armé repose quant à lui sur une série de poutres transversales. Au total, l'édifice est large de 22,50 mètres.

Le Pont des Demoiselles

Construit en 1971, il a succédé à un ouvrage bien plus ancien : le Pont de Montaudran, datant de 1683. Le nom de l'actuel pont pourrait s'expliquer par le fait qu'à cette époque, le quartier était très marécageux, et voyait foisonner les libellules, dites « demoiselles ».