« Retour

Tolosa, Niça e lo mond entièr

VIURE AL PAÏS

Tolosa, Niça e lo mond entièr

Jérémy Couraut, alias Djé Balèti, mescla de sons caribeans, del ròck, d'Africa, de Mediterranèa. Niçard e Tolosan a l'encòp, sortís un disc sul label Sirventes aqueste mes.

Jérémy Couraut, musician e fondator del grop Djé Balèti.© Patrice Nin - Ville de Toulouse

Vòstre primièr disc mostrèt d'inspiracions musicalas nombrosas e plan diversas. Mas de qué vos butèt a cantar en occitan ?

La musica del projècte Djé Balèti es una mescla de mas influenças. Pichon, escotavi fòrça ròck de las annadas 70, los Rolling Stones, Led Zeppellin, Hendrix. Mai tard, coma musician, joguèri amb d'artistas coma Cheb Mami, West African Cosmos ; faguèri de musica balcanica, cubana. Puèi, quand m'avisèri d'èsser occitan, descubriguèri un mond fòrça ric. Foguèri membre de las « Bombes de Bal » e acompanhèri Gigi de Nissa per qualques annadas. Aprofitèri d'aquel temps per soscar a çò que voliái far. Ensagèri de respondre a una question : qué vòl dire èsser musician d'aquí ? Ma familha ven de las Caraïbas, de la Mediterranèa, mas cresquèri a Niça e vivi a Tolosa. Ai d'influenças del mond entièr, mas ma soca es aicí.

Cossí s'opèra la mescladissa de tantas culturas en musica ?

En musica, avèm un problèma de surabondància a l'ora d'ara. Del còp, causiguèri de far a la mòda de la descreissença : totas las cançons de Djé Balèti son sus tres ritmes e pas mai. Lo primièr es una mescla entre lo côco de Tolosa e la tarantella - remarcaretz qu'a mitat camin entre Vila Ròsa e Bòta italiana, se tròba Niça. Aprèp, m'inspirèri del Chaâbi magrebin e de l'arrasta-pé, un ritme del nordeste brasilian.

Parlatz fòrça de Niça. Es una de las tematicas importantas de vòstras cançons...

Segur. Ara es venguda mon país de pantais. Soi Tolosan tanben, ai la dobla cultura ! Niça demòra una pòrta sus ma jovença, sus la Mediterranèa. Es tanben una pòrta sus Occitània. Puèi i a tota sa mitologia e son istòria increibla. Mon instrument, l' « espina » es nissard. Lo decubriguèri dins un libre sul Carnaval de la vila - aviá desaparegut e demandèri a un lautièr de me lo tornar fargar. En seguida l'electrifiquèrem.

Cossí evoluèt vòstra musica pel segond album de Djé Balèti ?

Avèm gardat la metèissa formacion : una bassista, una batariá e ieu amb l'espina. Pasmens, avèm apregondit del costat del ròck ; l'album novèl es a l'encòp mai « pagan » e pus politic me sembla.

www.dje-baleti.com

Lexic :

apregondit : approfondit
aqueste : ce
(s')avisar : s'apercevoir, prendre conscience
butar : pousser
cresquèri : j'ai grandi
encòp (a l'): à la fois
ensagèri : j'ai essayé
faguèri : je fis
fargar : fabriquer
fòrça : très
lautièr : luthier
mai : plus
mes : mois
mescla : mélange
meteissa : même
Niçard : Niçois
ora d'ara (a l') : à l'heure actuelle
pagan : païen
pantais : rêve, songe
soca : souche
soscar : réfléchir

Jérémy Couraut, musicien et fondateur du groupe Djé Balèti.

 Toulouse, Nice et le monde entier

Jérémy Couraut, alias Djé Balèti, mêle des sons caribéens, de rock, d'Afrique, de Méditerranée. Niçois et Toulousain à la fois, il sort un disque sur le label Sirventes ce mois-ci.

Votre premier disque montre de nombreuses inspirations musicales, très diverses. Mais qu'est-ce qui vous a poussé à chanter en occitan ?
La musique du projet Djé Balèti est un mélange de mes influences. Petit, j'écoutais beaucoup de rock des années 70, les Rolling Stones, Led Zeppellin, Handrix. Plus tard, comme musicien, j'ai joué avec des artistes tels que Cheb Mami, West African Cosmos ; j'ai de la musique balcanique, cubaine. Puis, je me suis rendu compte que j'étais occitan, j'ai découvert un monde très riche. J'ai été membre des « Bombes de Bal » et j'ai accompagné Gigi de Nissa durant quelques années. J'ai profité de ce temps pour réfléchier à ce que je voulais faire. J'ai essayé de répondre à une question : qu'est-ce que cela signifie d'être musicien d'ici ? Ma famille vient des Caraïbes, de la Méditerranée, mais j'ai grandi à Nice et je vis à Toulouse. J'ai des influences du monde entier, mais ma souche est ici.

Comment s'opère le mélange de tant de cultures en musique ?

En musique, on a un problème de surabondance à l'heure actuelle. Du coup, j'ai choisit de faire dans la décroissance : toutes les chansons de Djé Balèti sont sur trois rythmes et pas plus. Le premier est un mélange entre le côco de Toulouse et la tarentelle – vous noterez qu'à mi chemin entre Ville Rose et Botte Italienne, se trouve Nice. Ensuite, je me suis inspiré du Chaâbi maghrébin et de l'arrasta-pé, un rythme du nordeste brésilien.

Vous parlez beaucoup de Nice. C'est une thématique importantes de vos chansons...

Bien sûr. Elle est maintenant devenue mon pays rêvé. Je suis Toulousains aussi, j'ai la double culture!Nice reste une porte sur ma jeunesse, sur la Méditerranée. C'est aussi une porte sur l'Occitanie. Et puis il y a toute sa mythologie et son incroyable histoire. Mon instrument, l'« espina » est niçois. Je l'ai découvert dans un livre sur le Carnaval de la ville – il avait disparu et j'ai demandé à un luthier de me le refabriquer. Ensuite, on l'a électrifié. 

Comment a évolué votre musique pour le second album de Djé Balèti ?

On a gardé la même formation : une bassiste, une batterie et moi à l'espina. Mais on a approfondit du côté du rock ; le nouvel album est à la fois plus « païen » et plus politique, il me semble.
www.dje-baleti.com