« Retour

Maria Luisa Sotoca : "Refléter la richesse de la scène hispanique'

Maria Luisa Sotoca : "Refléter la richesse de la scène hispanique'

Maria Luisa Sotoca est la nouvelle directrice artistique de Toulouse l'Espagnole qui aura lieu le 27 juin 2015. La fondatrice du festival Flamenco de Toulouse compte insuffler jeunesse, féminité et modernité. Son projet : conserver la qualité des têtes d'affiche en soirée, diversifier l'offre en journée et s'ouvrir à d'autres publics. Le programme : projection et concert en journée, deux propositions qui s'intéressent à la mémoire et deux concerts le soir, Las Migas et Chambao.Deux groupes pépites qui donneront leur premier concert en France. Rencontre avec Maria Luisa Sotoca.

Maria Luisa Sotoca © Patrice Nin - Ville de Toulouse

Pourquoi avoir postulé à la direction artistique de Toulouse l'Espagnole ?

Cet événement m'intéresse parce qu'il est lié à la culture espagnole ! Je suis d'origine ibérique et passionnée par
cette culture, notamment par le flamenco. En 2002, peu après mon arrivée à Toulouse, j'ai créé le Festival Flamenco de Toulouse. C'est à la fois mon identité et ma spécificité. C'est tout naturellement que j'ai candidaté à l'appel à projet de la Ville.

Quel esprit souhaitez-vous insuffler à cette 7e édition ?

J'ai bâti mon projet autour de la mémoire et de la fête. Bien sûr, on reste principalement sur le quai de l'Exil-Républicain-Espagnol, un lieu hautement symbolique, pour une soirée dédiée à la mémoire des exilés de 1939 fuyant la dictature franquiste. Mais je souhaite que Toulouse l'Espagnole soit un événement participatif ! Pour cela, on travaille sur plusieurs pistes : mettre en valeur les lieux du circuit de mémoire, proposer des expositions ou des activités spécifiques pour les scolaires. Sur le quai de l'Exil ou ailleurs en ville. Par exemple, on s'associe à l'Institut Cervantès pour accueillir le spectacle Poemas de ayer y de hoy, poesía y resistencia, en hommage au poète Miguel Hernández, l'un des plus grands poètes et dramaturges espagnols du XXe siècle. J'ai aussi veillé à ne surtout pas proposer un deuxième événement flamenco. D'où, en soirée, un plateau artistique qui reflète la richesse de la scène hispanique actuelle.

En quoi ce rendez-vous est-il important pour la communauté espagnole ?

La Ville rose a un lien très fort avec l'Espagne. Les échanges culturels ont toujours été riches. Avec Toulouse l'Espagnole, la Ville accepte cet héritage, et l'influence de cette terre voisine qui a façonné une part de son identité. La raison d'être de cet événement est d'honorer la mémoire de l'exil républicain espagnol à travers des spectacles, mais il ne se limite pas à cela. C'est aussi une manière de remercier ces Espagnols qui sont venus à Toulouse et ont énormément
apporté à la ville !

Quelle est la programmation de ce samedi 27 juin ?

En soirée, on conserve la qualité des artistes présents sur la scène du festival ! On démarre la fête avec le groupe Las Migas, un quatuor féminin de Barcelone débordant d'énergie qui fait évoluer les mentalités avec grâce, subtilité et talent. En tête d'affiche, on invite Chambao, l'un des groupes de flamenco-musique électronique les plus innovants et créatifs de la scène espagnole actuelle. Leur musique n'a pas de frontières…

> Lire l'article : Toulouse l'Espagnole : jeunesse, féminité et modernité !

Infos pratiques

Samedi 27 juin 2015
> Cinéma à 14h30 - Cinémathèque de Toulouse 69, rue du Taur à Toulouse
Projection du documentaire MEMORIA VIVA en présence du réalisateur Antonio Jesús García de Quirós.
 
> Poésie - à 18h  - Instituto Cervantes  31, rue des Chalets
Spectacle « Poemas de Ayer y de Hoy, poesía y resistencia  » en hommage au poéte Miguel Hernández avec Pedro Obregón (chant), Raúl Marquez (violon) et Flavio Rodríguez (guitare).
 
> 20h sur le Quai de l'Exil Républicain Espagnol Rue Viguerie
Las Migas, quatuor féminin (Musiques de la Méditerranée)
22h15 : Chambao, Flamenco et musique électronique