« Retour

3 raisons pour découvrir le Nouveau Réalisme

Jusqu'au 28 mai 2017 aux Abattoirs

3 raisons pour découvrir le Nouveau Réalisme

Jusqu'au 28 mai 2017. C'est l'une des grandes expositions du printemps. Dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou, le musée des Abattoirs ouvre ses portes aux Nouveaux Réalistes en trois tempos : une traversée du Nouveau Réalisme grâce à des œuvres emblématiques du mouvement, une carte blanche donnée à l'un de ses fondateurs, Daniel Spoerri, et des interventions contemporaines en écho. Voici trois bonnes raisons de découvrir l'exposition.

1- C'est une première à Toulouse

C'est en effet la première fois que la ville rose accueille une exposition dédiée à ce mouvement phare de la scène artistique française de l'après-guerre. « Issu du pop art et du réalisme, le mouvement du Nouveau Réalisme, créé au début des années soixante, est très marqué par la nouvelle société de consommation. C'est un jalon majeur de l'histoire de l'art du XXe et XXIe siècles, dans la lignée des collages de Picasso et des Ready-made de Duchamp », explique Annabelle Ténèze, directrice des Abattoirs. Les artistes du mouvement (Arman, César, Yves Klein, Daniel Spoerri, Niki de Saint-Phalle etc.) ont en effet puisé leur matière dans le quotidien, des affiches aux voitures en passant par le néon, les barils, les détritus ou les objets en plastique des magasins Prisunic. « Un recyclage poétique du réel urbain,industriel, publicitaire », selon la formule consacrée du critique d'art Pierre Restany qui a lancé le mouvement.

2. Trois expos en une

Et autant d'oeuvres et d'artistes à découvrir… L'exposition s'articule en trois temps : au rez-de-chaussée, une
traversée du Nouveau Réalisme, avec des pièces emblématiques prêtées notamment par le Centre Pompidou ; au sous-sol, « Les dadas des deux Daniel », carte blanche à Daniel Spoerri (86 ans), l'un des fondateurs du mouvement ; à l'étage des interventions d'artistes contemporains (dont Joël Andrianomearisoa, Présence Panchounette ou Kevin Rouillard) en écho au mouvement. « L'exposition est aussi l'occasion de rappeler que l'un des plus grands dépôts en région du Centre Pompidou est aux Abattoirs, avec la collection Cordier (qui comprend 500 oeuvres modernes et 700 pièces de curiosité). C'est d'ailleurs très émouvant de réunir Daniel Cordier, collectionneur et grand témoin de la Résistance et Daniel Spoerri, que l'on peut définir comme un artiste-collectionneur », explique la conservatrice.

3. L'amour et la poésie sont omniprésents

Compressions de César, accumulations d'Arman, décollage et lacération d'affiches de Hains et Villeglé, assemblages d'objets de Raysse, tableaux-pièges de Spoerri, sculptures autodestructives de Tinguely, tirs de Niki de Saint-Phalle, emballages de Christo… Avec les Nouveaux réalistes, et leurs descendants, la poésie, la dérision,
l'humour et la provocation ne sont jamais loin. Parmi les temps forts de l'exposition, une immense machine sculpture de Jean Tinguely (« Dernière collaboration avec Yves Klein », 1988), qui fait plus de 20 mètres de long, avec tout un tas de rouages et de miroirs. L'oeuvre se met en marche quand on appuie sur la pédale de commande. Un ballet étrange et grinçant. À l'image du mouvement.

Les Abattoirs - Février 2017

Infos pratiques

« Autour du Nouveau Réalisme ; Daniel Spoerri : les dadas des deux Daniel ;étage contemporain ».
De nombreux rendez-vous (conférences, performances, colloque etc) sont également programmés.
Jusqu'au 28 mai 2017

Du mercredi au dimanche de 12h à 18h.

Visites guidées :
Mercredi de 14h30 à 16h
Samedi de 15h à 16h30 Tarifs :
1er dimanche du mois de 11h à 12h30
7 € (plein tarif) / 4 € (tarif réduit)
2 € lors des nocturnes du jeudi

Gratuit le 1er dimanche de chaque mois (le deuxième dimanche en janvier).

www.lesabattoirs.org