« Retour

3 bonnes raisons de visiter Fenêtres sur cours

Du 10 décembre 2016 au 17 avril 2017

3 bonnes raisons de visiter Fenêtres sur cours

Du 10 décembre 2016 au 17 avril 2017, le musée des Augustins se penche sur le thème de la représentation des cours intérieures dans la peinture du XVIe au XXe siècle avec l'exposition Fenêtres sur cours.

Georges François Castex,Le Petit Cloître des Augustins, 1897.

1- Pour le sujet original

Atriums, patios, cloîtres, cours de fermes, de palais ou de prisons, cours urbaines… Entre intérieur et extérieur, ombre et lumière, le motif de la cour a toujours fasciné les artistes. Cet automne, le musée des Augustins lui consacre une exposition inédite. C'est en effet la première fois que ce thème – envisagé comme un motif complémentaire de celui plus familier des fenêtres par lesquelles les peintres ont regardé le monde – est mis à l'honneur. « Avec cette exposition,nous proposons une excursion inhabituelle dans l'histoire de la peinture, un point de vue original. Nous abandonnons ainsi les allées plus convenues de la peinture de paysage et d'architecture pour ouvrir une porte, regarder ce qui se passe derrière et entrer par effraction dans la grande histoire, au plus près de la vérité des artistes », explique Axel Hémery, directeur du musée des Augustins.

Un parcours en 7 sections

Le parcours de l'exposition à la fois thématique et chronologique, divisé en sept sections, est l'occasion d'un voyage fascinant au coeur de l'histoire de l'art. Des cours de tavernes du XVIIe siècle nordique aux palais triom-phants des védutistes vénitiens du XVIIIe, en passant par les cloîtres médiévaux des peintres troubadours ou les visions fantasmées des orientalistes du XIXe, une grâce mélancolique à peine voilée enveloppe l'ensemble.

2- Pour les prêts prestigieux

Parmi les pépites de l'exposition signées Hubert Robert,Eugène Boudin, Maurice Denis, ou Pierre Bonnard, on
s'attardera sur les oeuvres de l'artiste Santiago Rusiñol (1861-1931), un moderniste catalan, peu connu de ce côté-
ci des Pyrénées. « Un artiste qui a souvent représenté les mêmes lieux – notamment des patios – de manière sérielle,
attentif aux effets de lumière
», poursuit le commissaire de l'exposition. À découvrir également, une immense toile de Tony Robert-Fleury (1838-1911), Le Docteur Pinel libérant les aliénées à la Salpêtrière en 1795 de 1876. Ce tableau
d'histoire, spécialement restauré pour l'occasion,représente un épisode fondamental dans l'histoire de la psychiatrie.

3- Pour découvrir la dernière acquisition du musée

L'exposition Fenêtres sur cours est aussi l'occasion d'admirer la dernière acquisition du musée, une oeuvre de l'artiste
français Benjamin-Constant (1845-1902). Intitulée Cour de l'Alhambra (1880), cette toile délicate de petit format (55 cm x 44 cm), a été acquise cette année auprès de la galerie Mendès à Paris avec l'aide du FRAM Occitanie. En 2014, on s'en souvient, le musée toulousain, associé au musée des beaux-arts de Montréal, avait consacré la première rétrospective de ce peintre injustement oublié, acteur majeur de l'orientalisme. « Si les lieux préférés de Benjamin-Constant en Orient sont la terrasse et le harem, il a su rendre ici l'atmosphère d'un patio solitaire durant les heures chaudes de l'après-midi », écrit Axel Hémery dans le passionnant catalogue de l'exposition.
Une vision colorée d'une poétique mélancolie.

Infos pratiques

Fenêtres sur cours

Du 10 décembre 2016 au 17 avril 2017, au Musée des Augustins
Musée des beaux-arts de Toulouse
21, rue de Metz
05 61 22 21 82

 www.augustins.org